Nouvelles réflexion sur la retraite. Présentation lors du colloque à la Maternité organisé pour le départ du Prof. Christoph Rageth:   Deux retraites très différentes.

Septembre 2018

Après plus de 3 ans d'écriture et de finition du projet notre livre vient de paraître  aux Editions Slatkine
 

LE MECENAT - UN PLAISIR

de Pierre Schaefer et Béatrice Deslarzes,                          

 

Livre de 144  pages richement illustrées, édité par les Editions Slatkine, Genève, mars 2018.

Prix de vente  CHF  25.- .

Ce livre témoigne de la vie et de l’utilité d’une petite fondation en prenant l’exemple de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes. Il présente les avantages et les quelques inconvénients  d’une fondation aux mécènes, aux artistes et à un public plus large avec le but de faire naître de nouvelles vocations et d’élargir ainsi l’offre de soutien en faveur des jeunes créateurs. Dans ce livre, la parole est aussi donnée à 32 jeunes artistes et 12 acteurs culturels, avec lesquels la fondation a collaboré, pour connaître leurs regards sur une telle institution et, plus largement, sur le mécénat.

 

Le but de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes vise à stimuler le développement de la créativité et la maîtrise des outils professionnels de jeunes artistes au début de leur carrière par des soutiens financiers ponctuels et des prix. Sa taille, petite, offre l’avantage d’être très proche des récipiendaires qui se recrutent dans les domaines des musiques actuelles, des nouveaux médias et des arts visuels. Le parcours partagé avec les jeunes créateurs garde les fondateurs indiscutablement en alerte et leur réserve toujours de nouveaux aspects de la riche vie culturelle romande.

 

Notre société forme des artistes dans des excellentes écoles, mais le jour où ils doivent quitter ces lieux sécurisés, un trop grand nombre d’entre eux risque de rester sur le carreau faute de moyens financiers. Aider les jeunes artistes dans cette phase n’est pas uniquement la tâche de l’Etat. Notre société est appelée à investir dans cette richesse de créativité, et, pourtant, le domaine privé peut beaucoup y apporter grâce au mécénat. L’aide privée doit garder sa place et elle doit même se renforcer en faveur des éléments les plus vulnérables représentés par les artistes au début de leur carrière.

 

Un futur mécène devra ainsi évaluer ses propres atouts avant de décider du champ d’activité de son mécénat : son expérience personnelle l’aidera beaucoup dans la compréhension des soucis des bénéficiaires. Ils existent bien des guides pour constituer, puis  conduire une fondation, mais ils se limitent généralement aux questions techniques à l’exemple du Swiss Foundation Code, guide très utile, dont la dernière édition date de 2015. Le livre, LE MECENAT – UN PLAISIR se distingue surtout par son approche personnelle où le vécu des fondateurs occupe une place centrale, une expérience pratique de 15 années. Une bonne partie de leur quotidien est aujourd’hui animée par la fondation ; elle est omni présente, leur assurant un contact régulier et stimulant avec la société et en particulier avec les milieux de l’art  qu’ils avaient choisi en 2003 de soutenir.  

 

www.fondationbea.com