Concerne l’article paru dans le Tribune du 29 avril 2016 : Genève prêt à assumer son dynamisme.
Transgresser n’est pas la solution !

 

Cité internationale et agglomération transfrontalière en plein développement, le Grand Genève est un terrain d’observation idéal qui révèle tous les enjeux du développement urbain « transgressant » les limites et les frontières. (Citation de la page 2 de l’invitation)

 

Comme si le mot frontière devait faire penser en premier lieu à une dimension politique, même guerrière, mais les frontières touchent autant aux dimensions culturelles et sociales. Pour pouvoir se rencontrer librement, sans étiquettes et sans pressentiment entre voisins, il faut que cette frontière ne reste pas une barrière, mais devienne un vrai espace où se joignent les deux territoires. Engager les étudiants des HES-SO de Genève pour explorer, puis préparer et de poursuivre le dialogue transfrontalier, est une heureuse initiative. Cet espace va représenter grâce à eux un vrai lieu d’échange et de dialogue où le mot « transgression » ne va pas exister.

 

Pierre Schaefer